Accord Montana: « le vrai accord de résolution de la crise », selon Danio Siriack

Il n’y a pas de solution constitutionnelle à la crise qui sévit dans le pays après la mort du président Jovenel Moïse », selon l’analyse de plus d’un. Il faut qu’il y ait un accord politique, estiment des acteurs. Conclure un accord réel de résolution de la crise, chacun pense avoir la recette.

lI existe plusieurs projets d’accord politique qui circulent depuis le 7 février 2021. Chaque secteur ou chaque groupement politique pensent être plus légitimes que d’autres pour proposer l’accord. Danio Siriack, porte parole de l’Organisation Peuple en Lutte (OPL), estime que l’accord de conférence citoyenne pour une solution haïtienne à la crise (CCSHC), est l’accord du peuple. « C’est un accord large, inclusif, participatif avec implication de divers secteurs de la vie nationale. Le secteur privé des affaires, le secteur vodou, le secteur paysan, les syndicalistes, des organisations de femmes, des organisations de jeunesse, les organisations socio-communautaires, la table de concertation des provinces, l’église catholique, l’église protestante, entre autres, sont impliqués dans la signature de l’accord Montana», a expliqué M. Siriack. « Un ensemble de partis politiques, des regroupements de partis, des organisations socio-politiques ont tous paraphé l’accord », a souligné le porte parole de l’OPL.

Danio Siriack qui rappelle que l’OPL est l’un des premiers signataires de l’accord Montana, estime qu’il n’y a pas plus inclusif que cet accord. « L’accord se veut inclusif au point que même les partis ou regroupements de partis politiques considérés comme opposés peuvent avoir des représentants au Conseil National de Transition (CNT) », a-t-il fait remarquer. La force politique de l’accord, souligne-t-il, c’est son caractère inclusif. « L’accord a la force politique nécessaire pour influencer la bonne marche du pays », a-t-il conclu.

La structure N ap Mache pou Lavi croit en l’urgente nécessité d’un Groupe de Travail Inclusif (CTI) pour un accord final. « N ap #Mache Pou Lavi (Marchons pour la vie) encourage les signataires du Protocole d’entente nationale (PEN), ceux de l’accord du 30 août et de la résolution du Sénat, les non-signataires et le Premier ministre de fait, Monsieur Ariel Henry, à se mettre ensemble pour définitivement doter le pays d’un accord politique », lit-on dans une note rendue publique le 1e septembre 2021.

« Cet accord doit prioriser les intérêts de la grande majorité de la population, en proie à la criminalité et à la misère, et de ceux qui se sont particulièrement sacrifiés pour la cause de l’État de droit pendant les années précédentes », poursuit la note.

See Also

Duclot Bénissoit, membre du Collectif des Syndicats Haïtiens pour le Respect de la Constitution de 1987 (COSHARCO-1987), dénonce une manœuvre de certains membres de N ap mache pou lavi pour boycotter l’accord Montana. « En tant que membre fondateur de N ap mache pou lavi, Cosharco n’a pas été informé de ce document. Il n’y a pas eu d’invitation ni de rencontre en ce sens. D’ailleurs, bon nombre des signataires du document de l’urgente nécessité d’un Groupe de Travail Inclusif (CTI) pour un accord final ne sont pas membres de Nap mache pou lavi », a révélé le syndicaliste.
« Kou sa a pap pase », a martelé M. Bénissoit qui croit que la population, à travers les signataires, s’approprie de l’accord.

Jean Junior Célestin

Copyright © 2022 | *** ZoomHaitiNews.com***|Tous droits réservé

Scroll To Top

you're currently offline