La mère du père Jean Anel Joseph libérée, les 7 religieux retenus en otage malgré le versement de $50,000

La mère du père Jean Anel Joseph a été libérée jeudi par les bandits du groupe des « 400 Mawozo », qui ont retenu les 9 autres otages malgré le versement d’une rançon de cinquante mille (50,000.00) dollars américains, a appris la rédaction de zoomhaitinews de sources au fait du dossier.

Les ravisseurs s’étaient pourtant mis d’accord avec les proches des victimes pour les libérer en échange du montant versé. Cependant ils ont par la suite exigé beaucoup plus d’argent, explique l’une de nos sources, précisant que les négociations étaient suspendus jusqu’à ce vendredi.

Dimanche matin, aux environs de 9 heures, 5 prêtres , 2 religieuses et 3 fidèles catholiques ont été kidnappés par les bandits des « 400 Mawozo » opérant dans la commune de la Croix-des-bouquets et les zones avoisinantes alors qu’ils se rendaient à l’installation du père Jean Anel Joseph comme nouveau curé de la paroisse de Galette Chambon, première section de la commune frontalière de Ganthier, situé à environ 33 kilomètres de Port-au-Prince.

Entre-temps, l’Eglise catholique se mobilise…

Le père Evens Joseph, père Michel Briand (de nationalité française), père Jean Nicaisse Milien, père Joël Thomas, tous les quatre de la Société des prêtres de Saint Jacques, et le père Hugues Baptiste, du diocèse du Cap-Haitien, sont les cinq prêtres enlevés. Les deux religieuses sont sœur Anne Marie Dorcélus et sœur Agnès Bordeau (de nationalité française).

Les cloches ont résonné, jeudi en milieu de journée, dans de nombreuses cathédrales et églises catholiques du pays où des messes d’action de grâce ont été célébrées en vue d’implorer la faveur de Dieu afin de toucher la conscience des kidnappeurs et prier pour que les otages puissent recouvrer leur liberté.

Il s’agissait également de dire non à l’insécurité et au kidnapping. 9 des 10 Evêques titulaires du pays ainsi que l’Evêque Emérite Willy Romélus ont pris part à la messe qui s’est déroulée en l’Eglise Saint-Pierre de Pétion-Ville.

Les évêques ont dénoncé la banalisation de la vie dans le pays, critiquant vertement l’indifférence des autorités publiques face à cette situation de terreur instaurée par les gangs.

See Also

« Il est inconcevable que des bandits soient aussi puissants dans une société », a déclaré le célébrant principal de la messe chantée en l’Eglise Saint-Pierre de Pétion-Ville, Mgr Launay Saturné. L’archevêque du Cap-Haitien a exigé la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes qui se trouvent actuellement en captivité.

Plusieurs groupes organisés du pays sont montés au créneau pour dénoncer la multiplication des cas de kidnapping à la suite du rapt des 7 religieux dont des français et trois autres personnes qui les accompagnent, exhortant les autorités étatiques à assumer leurs responsabilités afin d’enrayer ce phénomène qui endeuille et décapitalise les familles haïtiennes.

L’insécurité s’est fortement aggravée ces dernières années en Haïti par l’extension des gangs armés qui ont intensifié les cas d’enlèvement dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et multiplié les massacres dans les quartiers populaires. Les autorités ont beau annoncé des mesures visant à restaurer un climat sécuritaire. Toujours est-il que les bandits sont de plus en plus actifs et imposent leurs lois notamment à la capitale.

Darbouze Figaro

Copyright © 2022 | *** ZoomHaitiNews.com***|Tous droits réservé

Scroll To Top

you're currently offline